Trottinettes, gyroroues… : attention au danger pour les usagers !

Depuis quelques années, on voit de plus en plus de nouvelles façons de se déplacer, surtout dans les grandes villes. Ces nouvelles mobilités ne sont pas sans danger et se plient à une réglementation. Nous allons t’informer sur les dangers, les réglementations et les moyens pour te protéger au maximum lors de leur utilisation.

Les nouveaux moyens de mobilité et leurs dangers

Trottinettes électriques, gyroroues, vélos électriques, etc… Tous ces nouveaux moyens de mobilité ont une chose en commun, ils sont considérés comme : NVEI (Nouveaux Véhicules Électriques Individuels). Certains d’entre eux sont d’ailleurs de plus en plus présents dans les grandes villes en « free-floating », c’est-à-dire en libre-service.

Comme tous les moyens de transport, ces véhicules sont concernés par les accidents de la route. On retrouve cependant des disparités entre les personnes propriétaires de NVEI et ceux qui les utilisent en « free-floating ». Selon une étude menée par Smart Mobility Lab pour la Fédération Française de l’Assurance, Assurance Prévention et la Fédération des Professionnels de la Micro-Mobilité, les usagers du « free-floating » sont plus souvent coupables d’accidents que les autres. Cause probable ? Ce sont en général des utilisateurs occasionnels qui s’en servent comme loisir.

A contrario, ou conséquence probable,on remarque que les usagers réguliers, qui ont leurs propres véhicules, portent plus régulièrement les équipements recommandés.

Comment faire pour bien se protéger et éviter les accidents en trottinette électrique, gyroroue, gyropode, etc… ?

Les solutions pour te protéger et protéger les autres

Pour te protéger, il existe différents dispositifs.

Le premier (et le plus simple à mettre en œuvre), est de t’acheter un équipement adéquat à l’utilisation de ces modes de transport. C’est-à-dire, l’achat d’un casque de protection et de dispositifs réfléchissants.

Or, selon Smart Mobility Lab, seuls 9% des usagers de « free-floating » portent un casque et 15% portent un équipement réfléchissant. Contre 86% et 62% des usagers propriétaires de NVEI. Le constat est sans équivoque.

En complément de ce dispositif de sécurité, tu peux souscrire à une assurance pour ces nouvelles mobilités que ce soit pour le « free-floating » ou en tant que propriétaire d’un NVEI. Si tu n’as pas déjà une assurance, nous te conseillons de le faire, car ton assurance civile ne couvre pas forcément les dégâts que tu pourrais causer aux autres usagers. De plus, tu peux également bénéficier d’une subvention ou d’un moyen de transport de substitution en cas d’immobilisation de ton véhicule, te permettant de rentrer chez toi ou de terminer ton trajet.

Pour plus d’informations concernant les NVEI et les assurances qui y sont liées, consulte le site de notre partenaire Opteven, afin de découvrir toutes leurs offres et prestations d’assistance mobilités et nouvelles mobilités.

0 commentaires