Rouler en trottinette électrique, est-ce vraiment écologique ?

La trottinette électrique, est le nouveau moyen de transport dit « doux » en vogue depuis quelques années. Elles sont présentées comme écologiques mais le sont-elles vraiment ? On te donne toutes les clés pour répondre à cette question !

 

L’impact écologique

Alors que les effets du dérèglement climatique sont de plus en plus intenses tous les ans, les donneurs d’ordres, qu’ils soient publics ou privés, réalisent de plus en plus l’urgence de prendre des décisions en faveur de la transition climatique et écologique.

Depuis quelques années les trottinettes électriques en libre-service ont fait leur apparition dans les paysages des grandes villes du monde. En théorie, elles offrent un moyen de transport pratique, accessible à toutes et à tous et écologiques car utilisant l’énergie électrique, moins polluante que les énergies fossiles. Mais la réalité est plus complexe que ça !

Pour calculer l’impact des trottinettes électriques, il faut prendre en compte 3 aspects :

  • Les contraintes spécifiques de desserte du véhicule.
  • L’utilisation liée aux trottinettes.
  • Leur cycle de vie.

Les trottinettes électriques ont bouleversé les schémas de mobilité en ville, en remplaçant certains déplacements auparavant effectués par le biais d’autres moyens de transport : ce sont les « reports modaux ». Elles ont également généré de nouveaux déplacements qui n’auraient pas été effectués autrement, on parle alors de « mobilité induite ».

 

Les trottinettes électriques à Paris

Pour évaluer le bilan carbone des trottinettes au niveau de la ville de Paris, l’affectation du bilan carbone de la ville a été étudiée depuis l’arrivée de ces nouveaux engins en libre-service sur l’année 2019.

En premier lieu, les reports modaux kilométriques ont été estimés, sur la base d’une enquête spécifique (étude en anglais) : 2/3 des kilomètres parcourus provenaient du métro en remplacement de la voiture, 25% provenaient du vélo et de la marche. Seuls 7% des kilomètres parcourus en voiture ont été remplacés par la trottinette (que ce soit une voiture personnelle ou un taxi). Celle-ci aura tout de même permis de faire diminuer de 150 millions de kilomètres par an les déplacements des parisiens, grâce aux trajets « simples », permettant de faire du « porte à porte ».

Afin d’évaluer l’impact des trottinettes électriques de façon plus rigoureuse, un modèle a été mis en place comprenant leur cycle de vie complet :

  • Manufacture ;
  • Utilisation ;
  • Entretien et fin de vie des véhicules et des infrastructures associées.

Une grande partie de l’impact environnemental dépend de la fabrication, de l’entretien que tu fais du véhicule et sa fin de vie (prématurée ou non en fonction de l’utilisation que tu vas en faire) et des infrastructures nécessaires au bon fonctionnement des véhicules.

Le modèle utilisé nous révèle que l’impact de la trottinette partagée à Paris vient pour moitié de la gestion de la flotte par l’opérateur. C’est-à-dire : la collecte des trottinettes pour les entretenir et les recharger.

L’autre moitié va provenir de la manufacture des trottinettes que tu vas utiliser, c’est-à-dire la production des cadres en aluminium et des batteries en grande partie.

Selon l’étude, la mise à disposition des trottinettes partagées à Paris aurait généré environ 13 000 tonnes de gaz à effet de serre supplémentaires. Soit à peu près l’équivalent des émissions de gaz à effet de serre d’une ville de 16 000 habitants.

Ce mauvais bilan carbone s’explique par 3 facteurs :

  • L’impact de la manufacture
  • La gestion de la flotte
  • Les reports modaux de transport peu émissifs

Tout d’abord, la durée de vie moyenne d’une trottinette est de 3 750 kilomètres, ce qui rend l’impact carbone de la trottinette électrique au kilomètre encore assez important.

Ensuite, les émissions étant liées à la gestion de la flotte entre la ville de Paris et la proche banlieue restent importante, car ce sont des vans diesels qui sont utilisés la plupart du temps pour effectuer cette gestion.

Certains gestionnaires sont passés à des véhicules électriques afin de réduire cette emprunte carbone, mais cela n’est pas suffisant pour permettre de rendre les trottinettes plus performantes que les transports en commun.

Donc, les émissions qui vont être évitées grâce aux économies d’énergie générées par les transferts modaux vers la trottinette, ne permettent pas de compenser les surcoûts de carbone, générés par leur fabrication et la gestion des parcs.

 

Faut-il interdire l’utilisation des trottinettes électriques ?

A cause de leur mauvais bilan carbone, faut-il les interdire ? Eh bien non !

L’impact carbone d’une trottinette partagée à Paris est d’environ 60 grammes de CO2au kilomètre, si on augmente son espérance de vie de 3 750 kilomètres à 5 000 kilomètres, son empreinte carbone descend à 30g de CO2 au kilomètre.

A Paris, c’est l’équivalent d’1/4 de l’impact d’un kilomètre parcouru par un bus diesel, 1/7 de celui parcouru par une voiture et 1/10 de celui parcouru par un taxi ! Cela peut donc valoir le coup !

 

Les bonnes pratiques d’utilisation

Afin de réduire les émissions liées au trottinettes électriques et en faire un mode de déplacement plus durable, il faut mettre en place 3 mots d’ordres :

  • Améliorer leur conception et leur longévité ;
  • Diminuer les émissions liées à la gestion de la flotte (en optimisant les ramassages par exemple) ;
  • Encourager les reports modaux (comme passer du trajet quotidien en voiture au trajet en trottinette).

L’utilisation d’une trottinette électrique personnelle pourrait également être un facteur de réduction des émissions liées à l’utilisation de celles-ci. En effet, une trottinette électrique personnelle bien entretenue a une durée de vie d’environ 15 000 kilomètres comme notifié dans cet article spécifique sur les batteries des trottinettes électriques. Dans ce cas, elle devient aussi performante que les transports en commun à Paris.

Bien employée, la trottinette a donc toute sa place dans un système de déplacements à faible émissions de carbone !

 

Quels services pour accompagner tes déplacements en trottinette électrique ?

Tu viens d’acheter une trottinette électrique et tu veux savoir si tu peux également être couvert par une assurance ou une assistance comme pour ta voiture ? Tu as raison de t’en préoccuper ! En effet, il existe des assurances pour les NVEI (Nouveaux Véhicules Électriques Individuels).

Les compagnies spécialisées, comme Opteven, vont t’assurer sur toute ta mobilité grâce à une assistance mobilité qui va te permettre de retrouver des solutions comme :

  • Le dépannage / remorquage du véhicule dans lequel tu te trouves (dans le cas d’un covoiturage par exemple), avec la prise en charge de l’hébergement pour la l’attente sur place ou l’organisation de la suite de ton voyage.
  • L’envoi d’un taxi de liaison en cas d’immobilisation de ton vélo ou de ta trottinette (individuelle ou partagée, à assistance électrique ou non).
  • L’organisation de la poursuite de ton voyage, ou de l’attente sur place, même dans certains cas comme les grèves de transports.

 

Pour en savoir plus sur l’assistance mobilité n’hésite pas à te rendre sur l’article d’Opteven : https://www.opteven.com/nos-offres-pros/assistance/assistance-mobilite/

Bonne route à toi et surtout peu importe ton mode de transport n’oublie pas, sois prudent !

0 commentaires